Histoire

Retour à la salle de presse

Pozières et la ferme du Mouquet

Actualités

Posté le août 4 2018

« De retour au poste de secours du 11e Bataillon tôt le matin, Albert Coates découvre qu’un obus a tué tous les blessés. Quel spectacle. « Des restes mutilés sur les brancards. »’

Albert Coates, Aide-soignant de l’AIF, Pozières

L’événement déchirant décrit dans cette citation n’est pas quelque chose que beaucoup d’Australiens ont vécu. Pour Albert Coates, aide-soignant, puis officier de renseignement de guerre, et pour les hommes des 1re, 2e et 4e divisions australiennes, c’est un spectacle qui est devenu tragiquement familier au cours d’une période d’un peu moins de sept semaines à Pozières.

Coates, later Sir Albert Coates, became the renowned surgeon and survivor of the Burma-Thailand railway in which he became saviour and inspiration for the dejected captives of the Japanese in the Second World War.

Coates, plus tard Sir Albert Coates, devint le célèbre chirurgien et survivant du chemin de fer entre la Birmanie et la Thaïlande dans lequel il devint le sauveur et l’inspiration pour les captifs découragés des Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale.

In July 1916, however, like many other Australians at Pozieres, Albert Coates was trying to survive, as well as helping other Australians survive the fury of the battle. En juillet 1916, cependant, comme beaucoup d’autres Australiens à Pozières, Albert Coates essayait de survivre, ainsi que d’aider d’autres Australiens à survivre à la fureur de la bataille.

The British Somme offensive launched on 1 July 1916, included a week long artillery bombardment over a 30 kilometre front, resulting in the staggering figure of 19,000 British killed on the first day and more than 38,000 wounded. The tremendous artillery barrages at Pozieres were routinely blowing men apart, smothering them in their own trenches and creating an almost unbearable nervous impact.

L’offensive de la Somme britannique lancée le 1er juillet 1916 comprenait un bombardement d’artillerie d’une semaine sur un front de 30 kilomètres, aboutissant à la mort de 19 000 Britanniques le premier jour et plus de 38 000 blessés. Les énormes barrages d’artillerie de Pozières faisaient régulièrement exploser les hommes, les étouffant dans leurs propres tranchées et créant un impact nerveux presque insupportable.

While the attack had achieved some success in the southern part of the British sector and French sectors, British Commander Sir Douglas Haig desperately wanted to seize the high ground at Pozieres and move onto Thiepval.

Alors que l’attaque avait connu un certain succès dans la partie sud du secteur britannique et des secteurs français, le commandant britannique Sir Douglas Haig voulait désespérément s’emparer des hauteurs de Pozières et s’installer à Thiepval.

Les artilleurs d'une batterie australienne utilisent un canon de campagne britannique de 18 livres pour faire pleuvoir un «tir de barrage» sur les tranchées ennemies (AWM EZ0141).

Pour les Allemands, il était tout aussi important de ne pas perdre Pozières, ce qui leur ferait perdre leur avantage de terrain élevé et affaiblirait leur deuxième ligne de défense.

Comme les Britanniques avaient déjà attaqué Pozières à quatre reprises avant les Australiens, il y eut beaucoup de satisfaction lorsque la 1re division attaqua et captura la ligne de front et la route à travers Pozières le 23 juillet. Les Australiens attaquèrent avec l’aide d’éléments de la 48e division britannique, puis repoussèrent les contre-attaques allemandes qui suivirent.

Les Australiens avaient également été confrontés à un important bastion défensif allemand connu sous le nom de « Gibraltar », et comme le « Sugar Loaf » lors de la récente bataille de Fromelles, cette position était hérissée de mitrailleuses. A cette occasion, les Australiens s’emparèrent de « Gibraltar » et capturèrent quelques défenseurs allemands.

Over the course of 23 to 25 July Pozieres fell to the Australians, who then held onto their gains despite unprecedented and concentrated bombardment from German artillery. On 27 July the 2nd Division now at Pozieres failed in a valiant attempt to take Pozieres heights, however, following a request by their commander for a second opportunity to seize this position, they succeeded. The 4th Division relieved the 2nd Division and in a sustained action over a ten day period reached positions near the heavily defended Mouquet Farm, prior to being rested. Mouquet Farm was eventually captured on 26 September 1916.

Au cours de la période du 23 au 25 juillet, Pozières tomba aux mains des Australiens, qui tinrent leurs positions malgré les bombardements sans précédent et concentrés de l’artillerie allemande. Le 27 juillet, la 2e division désormais à Pozières échoua dans une vaillante tentative de prendre les hauteurs de Pozières, mais, suite à une demande de leur commandant pour une deuxième chance de saisir cette position, ils réussirent. La 4e division releva la 2e division et, dans une action soutenue sur une période de dix jours, atteignit des positions près de la ferme du Mouquet, fortement défendue, avant d’être reposée. La ferme du Mouquet fut finalement capturée le 26 septembre 1916.

Au cours de la bataille, cinq Croix de Victoria et plusieurs autres décorations furent remises pour acte de bravoure.

Le lieutenant Albert Jacka, qui avait déjà reçu la Croix de Victoria à Gallipoli, reçut alors la Croix militaire. Jacka fit preuve d’une bravoure extraordinaire en réagissant à une contre-attaque allemande le 7 août, où il dirigea un contingent d’hommes du 14e bataillon pour repousser les assauts allemands. La réaction de Jacka et de ses hommes permit de sauver un certain nombre d’Australiens capturés et de saboter l’attaque allemande dans son secteur. Au cours de l’action, Jacka reçut trois balles.

Les combats intenses pour capturer Pozières et la ferme du Mouquet firent de terribles ravages sur les trois divisions australiennes durant les sept semaines de bataille. Les Australiens avaient lancé jusqu’à 19 attaques contre les positions allemandes qui eurent un coût terrible en vies humaines : 23 000 pertes, dont 6 900 tués au combat ou à la suite de leurs blessures.

Le correspondant de guerre officiel australien et historien de la Première Guerre mondiale, Charles Bean, a décrit Pozières comme étant plus profondément marqué des sacrifices australiens que tout autre endroit sur terre.

Portrait de groupe informel de soldats australiens non identifiés portant des casques (Pickelhauben) et des casquettes capturées aux Allemands lors de la bataille de Pozières. Certains ont les mains levées, peut-être dans un geste feint de capitulation (AWM EZ0135).

Australians can visit these battlefields, pay their respects at monuments such as the 1st Division memorial at Pozieres and visit the graves of Australian soldiers in the many nearby war cemeteries. Les Australiens peuvent visiter ces champs de bataille, rendre hommage à des monuments comme le mémorial de la 1re division à Pozières et visiter les tombes des soldats australiens dans les nombreux cimetières militaires à proximité.

Australians can also read more on this battle in celebrated books by Australian authors such as Scott Bennett’s ‘Pozieres the Anzac Story’ and British authors such as Hugh Sebag-Montefiore’s opus, ‘Somme into the Breach’ which features extensive coverage of the Australian’s at Pozieres. Both of these works reveal the gritty violent reality of the battle from their reliance on first-hand accounts.Les Australiens peuvent également en savoir plus sur cette bataille dans les livres célèbres d’auteurs australiens comme « Pozieres the Anzac Story » de Scott Bennett et d’auteurs britanniques comme l’opus de Hugh Sebag-Montefiore, « Somme into the Breach » qui propose une large couverture des Australiens à Pozières. Ces deux œuvres révèlent la dure et violente réalité de la bataille en s’appuyant sur des récits de première main.

Site by Swell Design Group