Au Centre

Retour à la salle de presse

Le bronze célébrant Sir John Monash

L'artiste Julie Edgar et M. Andrew Cannon AM, consul honoraire à Monaco, photographiés avec le buste de Sir John Monash avant qu'il ne soit placé au Centre.

Actualités

Posté le août 13 2018

Les visiteurs du Sir John Monash Centre pourront voir des photos de Sir John Monash sur l’un des nombreux écrans interactifs situés autour du bâtiment, mais l’une des représentations de John Monash se distingue de cette approche.

Le buste en bronze en trois dimensions de Sir John Monash est une commande de M. Andrew Cannon, membre de l’Ordre de l’Australie et consul honoraire de Monaco, réalisée par Julie Edgar, artiste vivant à Melbourne.

M. Cannon a fait don de ce buste au Centre en l’honneur de son grand-père Robert Henry Cannon, qui a servi en France durant la Première Guerre mondiale.

Julie Edgar est une spécialiste des portraits sculptés, modelés d’abord dans l’argile puis fondus en bronze.

« J’aime la permanence du bronze ; il transmet une passion, une force et une monumentalité qu’aucun autre matériau ne peut atteindre, » confie Julie Edgar.

Le buste de John Monash a été fondu à « cire perdue », une méthode qui remonte à l’antiquité égyptienne et assure une grande précision dans les détails en surface.

« Bien que mon utilisation de la matière se base fortement sur des techniques traditionnelles, cette représentation clairement moderne est un net reflet de mon style personnel, » ajoute Julie Edgar.

En ce qui concerne John Monash, Julie Edgar a retrouvé une grande variété de photos historiques le montrant à différentes étapes de sa carrière militaire et civile.

En accord avec M. Cannon, il a été décidé de représenter John Monash en uniforme, avec le grade atteint en 1918, lorsqu’il fut promu lieutenant-général et nommé commandant du corps des troupes australiennes.

Alors à l’apogée de sa forme et de sa carrière militaire, il est délibérément représenté sans casquette, comme l’homme d’action que ses subordonnés ont bien connu.

Julie Edgar s’est attachée à rendre très précisément les détails militaires de son uniforme, retrouvant même de vrais boutons en laiton de la force impériale australienne de l’époque, qui ont été inclus dans la sculpture au moment de la fonte.

Les personnes précédemment représentées par Julie Edgar évoluent dans des domaines très variés ; il s’agit de célébrités australiennes comme la philanthrope Dame Elisabeth Murdoch, l’immunologiste Sir Gustav Nossal, Steven Heathcote, le danseur étoile de l’Australian Ballet et la légende des circuits de Formule 1, Sir Jack Brabham.

Trois de ses portraits sculptés appartiennent à la collection de la National Portrait Gallery à Canberra. Elle est aussi célèbre pour son « Hall of Champions », une série de sculptures réalisées pour le National Motor Racing Museum de Bathurst. Elle a récemment terminé un portrait en bronze de la chanteuse de blues des années 30, Memphis Minnie, pour le Blues Hall of Fame de Memphis, Tennessee, aux États-Unis.

À ceux qui lui demandent souvent pourquoi elle sculpte des portraits, Julie Edgar répond qu’elle aime le défi qui consiste à transformer une simple motte d’argile en un visage reconnaissable.

« Il y a quelque chose de magique dans ce processus, c’est en quelque sorte la résolution d’une énigme visuelle, qui ramène tout à son essence, en l’occurrence le caractère et l’expression, » confie Julie Edgar.

Ses sujets sont pour Julie Edgar une source continuelle d’inspiration et elle croit profondément au pouvoir du portrait sculpté pour célébrer des personnages importants d’une façon tridimensionnelle qui n’est pas accessible à la peinture ou à la photographie.

Elle ajoute que pour elle, la sculpture exerce une présence physique qui invite à une relation directe avec le spectateur. Julie Edgar pense que c’est la raison pour laquelle tant de gens aiment à être photographiés avec ses sculptures.

Site by Swell Design Group